L'argent fait-il le bonheur ?

Résultat de recherche d'images pour "argent bonheur"

Je relance un débat existentiel sur lequel je pense, tout le monde à son avis. Je n'ai jamais été riche, mais pour avoir connu une situation bien meilleure que l'actuelle, j'ai quand même noté de nombreuses différences, dont je vais vous parler.

J'ai grandi dans une famille qui n'était pas spécialement pauvre, mais qui était loin d'être riche, mais pourtant je n'ai manqué de rien. J'avais toujours des vêtements sur le dos, je mangeais à ma faim, et j'ai souvent eu les cadeaux que je voulais pour Noël ou mon anniversaire. Je n'étais pas spécialement malheureuse, mais je voyais bien que l'argent était une source de dispute entre mes parents ou plutôt le manque d'argent. Mon père bossait plus de 70 heures par semaine pour essayer de faire rentrer de l'argent, ce qui fait que ma mère rentrait de son travail, c'est elle qui devait tout gérer. Les enfants, la maison, nous emmener à droite à gauche, faire les courses.... au final tous deux étaient épuisés et souvent sur les nerfs. Je me rappelle aussi des coups de fils réguliers de la banque, notamment le jour du mariage de ma soeur, pour leur dire à quel point ils étaient au négatif.


Quand j'ai pris mon appartement, j'ai fait attention à ce que le loyer ne dépasse pas de trop le montant des APL que me versées la CAF, de manière à pouvoir avoir de l'argent de côté pour un projet futur. Et c'est dans cette période ou je n'étais pas mauvaise financièrement. C'était pas l’opulence non plus, car je touchais le smic hein, mais je pouvais me permettre de faire les boutiques 1 fois par mois, d'acheter quelques bricoles pour l'appart, et mettre malgré tout 100 euros de côté tous les mois. Puis j'ai rencontré Doudou qui lui avait une situation financière stable, et au moment de s'installer ensemble on à décidé d'acheter une maison. Le crédit n'était pas très élevé et nous revenait moins chère qu'un loyer. C'était le moment idéal de lancer bébé. Puis elle est née, et au moment de reprendre le boulot, les emmerdes administratives ont commencé, et ce fut le début de la fin.

J'ai décidé de prendre un congé parental à mi-temps, sauf qu'il y a eu un couac et pendant 3 mois, j'ai touché ni complément, ni remboursement des frais de nounou, ni la PAJE, et bien sur tout ça au moment ou Doudou était en arrêt maladie à cause de problème de santé. On a du piocher dans nos économies, et dans l'argent destiné aux travaux. A la fin de mon congé parental j'ai eu 1 mois d'arrêt maladie. Nouveau coup dur. J'ai repris à temps plein, mais ça ne suffisait pas pour renflouer les caisses. En novembre, j'ai décidé de me mettre en arrêt maladie pour les deux mois restant car mon travail m'avait emmené à faire une dépression et je tenais plus. On à découvert, que je touchais que 50% de mon salaire brut, soit à peine 600 euros... 

Puis une fois au chômage, j'ai passé un mois et demi à me battre avec pôle emploi pour arriver à être indemnisé. Une fois la situation réglée, je ne touchais que 800 et quelques euros, c'était pas énorme mais ça suffisait à pouvoir s'en sortir, mais sans mettre d'argent de côté. Je pouvais payé les courses, je pouvais prendre ma voiture quand j'en avais envie sans trop me soucier des frais d'essence, je pouvais m'acheter des vêtements de temps en temps, je pouvais aller chez le coiffeur.... mais ce fut de courte durée car mes droits ont changé et je suis passé à 500 euros par mois et toujours pas de boulot à l'horizon. Et ça a tout changé. J'avais à peine de quoi payer ma part des charges et je suis devenue dépendante de Doudou financièrement. C'est extrêmement dur d'être cloîtrée à la maison, sans pouvoir rien se permettre car on est à l'euro près. Je peux plus aller nul part (sauf rendez vous professionnel ou médical) car il faut économiser les frais d'essence, quand il faut faire un cadeau commun je peux pas participer et on a même dû suspendre les essais bébé car on aurait pas les moyens de l'élever.

Je suis certaine que si j'avais eu de l'argent, je serai peut être enceinte à l'heure qui l'est, et je pleurerai pas devant chaque nouveau né que je croise. Probablement aussi que j'aurai déjà retrouvé la ligne car j'aurai pu laisser ma fille dans une halte garderie ou une crèche pour aller en salle de sport, parce que j'aurai eu les moyens de payer l'abonnement. Je me sentirais sûrement mieux dans ma peau, car j'aurai eu les moyens de me payer les séances de laser pour faire disparaître ma rosacée, ou j'aurai les moyens de me payer les traitements hors de prix et non pris en charge. J'aurai pu aller chez le coiffeur et me débarrasser de ma crinière de lionne et j'aurai aussi pu m'acheter une tenue pour chaque repas de famille, ou même pour les fêtes. On aurait probablement fini les travaux il y a longtemps parce qu'on aurait eu les moyens d'engager du personnel au lieu de sacrifier toutes nos vacances à se les faire. Bichette aurait été baptiser depuis longtemps, et je serai peut être entrain de préparer mon mariage.

Alors bien sur l'argent ne fait pas tout, il ne protège pas des malheurs  mais je pense que tout est dans la façon de gérer. Par exemple, tout l'argent du monde ne rendra pas à Céline Dion son mari René, mais elle à tout une armada d'assistant en tout genre qui gère tous les papiers, ce qui fait qu'elle n'a que ça à faire, faire son deuil. D'autres à qui s'est arrivées, s'en sorte beaucoup moins bien et sont obligés de faire les fonds de tiroir. Les malheurs frappent tout le monde qu'on soit riche ou pauvre, mais je pense sincèrement que ne pas avoir à ce soucier de comment on va finir le mois, est un sacré poids en moins.

C'est vraiment pas drôle de voir une énième facture arrivée et de se demander "Comment on va pouvoir la payer ?", d'aller faire les courses avec une grande anxiété car il faut encore dépensé, et compter chaque sous qui doit sortir, ne pas pouvoir partir en vacances, ne pas pouvoir s'accorder de loisirs, voir le compte au négatif tous les mois... et j'en ai plein des exemples comme ça.
Personnellement, j'ai une forte tendance à penser que oui, l'argent contribue fortement au bonheur, car j'étais quand même plus épanouie quand on pouvait s'offrir des extras ou faire face aux imprévus sans avoir à vendre un rein.


Et vous pensez vous que l'argent fait le bonheur ?



Ps : Pour tous ceux qui répondrait non, vous pouvez envoyer vos dons à :

Louanne Pasriche
91 rue du Jaipasdethunes
23169 Faucherland

J'accepte chèque, espèce et virement.







Commentaires

  1. Ta touche d'humour finale m'a bien fait sourire !

    J'ai plusieurs choses à répondre à cette fâcheuse question de l'argent.

    D'abord, j'ai grandi dans un milieu que je qualifierai de "classe moyenne pauvre". Dès que j'ai été en âge de comprendre qu'il fallait payer (très tôt), j'ai été très angoissée par l'argent, parce que je voyais bien que mes parents ben ... Ils n'en avaient pas ! Chaque facture, chaque moment de la vie où ils devaient dégainer la CB, c'était l'angoisse. Peut-être même plus pour moi que pour eux, parce qu'en plus, je savais bien que s'ils n'avaient pas les moyens, c'était "à cause de" moi et de ma soeur, parce qu'ils nous offraient tout et qu'on ne travaillait pas. A 8 ans, j'avais compris ça.

    Mes fringues dataient de 15 ans, et à la maison, c'était assez vétuste. Ils ne pouvaient pas m'offrir de cours particuliers, ou de sport. Pas de vacances, non plus. Je sentais parfaitement que par rapport à tous les gens de mon âge, je faisais partie des pauvres. Cette sensation ne m'a jamais quittée. Même aujourd'hui, je suis la plus pauvre. La plus riche de ma famille mais la plus pauvre de mes autres cercles (amis/connaissances ...).

    Alors, oui, un grand oui : ne pas avoir à se soucier de ça, c'est vraiment une CHANCE.

    Aujourd'hui, je n'ai plus à m'en soucier. On ne gagne pas des mille et des cents, mais on gère parfaitement notre budget. Avec nos deux salaires (on est à 3000 euros à deux), on met facilement 500 euros de côté par mois, voire plus. Malgré le crédit, la bouf' bio, et le reste. Faut dire qu'on n'est pas du genre à faire des activités payantes, ou à spécialement aimer acheter (je dis pas que c'est ton cas, faut surtout pas le prendre mal !). Ce que je veux dire, c'est qu'on n'a pas l'impression de se priver malgré nos petits salaires (tous nos amis sont au choix : ingénieurs, médecins, prof).

    Mais ce qui nous aide aussi, c'est notre "prise de conscience". La société nous pousse à acheter sans cesse, et à avoir envie de nouvelles choses. Depuis quelques mois, on achète qu'en cas de vrais coups de coeur utile. Comme je le disais, on ne se prive pas. On se sent même libérés, parce qu'on gagne en pouvoir d'achat, et que quand on s'offre quelque chose, on adore la chose en question !

    J'ai été au chômage pendant 9 mois, indemnisée 650 euros par mois. Je te rejoins, au quotidien, c'est très contraignant, quand on n'a même pas les moyens de vivre. Je veux dire, certes, on peut encore manger, boire et dormir. Mais quand on n'a pas assez pour se payer un plein d'essence, une nouvelle coupe, des soins médicaux ... C'est clairement anxiogène. Quand on devient dépendant de l'autre, qui prend en charges notre part du loyer et des factures, c'est difficile à vivre. L'indépendance et la liberté en prennent un coup.

    Plus encore avec un enfant j'imagine. L'argent est l'une des raisons "rationnelle" du pourquoi je ne veux pas d'enfants. Une troisième personne, ça coûte.

    Pour ce qui est du bonheur en lui-même, non, l'argent n'en est pas la source ! Et fort heureusement ! Il est un vecteur qui élargira le chemin d'accès.

    Bref, ce pavé (je ne sais pas faire court !) pour dire que je te comprends. Renoncer à son désir d'enfant à cause de l'argent, c'est terrible. Etre moins riche que les autres, c'est dur. C'est dur quand les gamins te demandent où tu pars cet été, et que tu n'as rien à répondre. C'est dur quand on se moque de ton allure mais que tu n'en parles pas à tes parents pour ne pas les attrister et les culpabiliser. C'est dur de renoncer au mariage pour des questions financières qui ne devraient rien à voir là-dedans.

    Courage ! Vous aurez une période plus faste ! Je vous le souhaite grandement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Y'a pas de soucis j'adore lire les pavés :) Que ce soit en commentaire, ou même sur les autres blogs !

      Financièrement parlant je pense qu'on a eu un peu la même enfance ! Nous encore, certains été on avait la chance de pouvoir partir une semaine en vacances, mais j'avais des amies qui partait TOUT l'été et souvent à l'étranger quand nous on se contenter de rester pas trop loin de la maison... Du coup même chose, j'avais pas grand chose à raconter. Et j'ai passé ma vie à économiser pour éviter que l'histoire se répète, mais des économies ça s'envole vite quand t'as que des coups durs.

      Non t'inquiètes pas ^^ Je te rejoins c'est vrai que la société te pousse énormément à consommer (avec notamment les pubs à gogo) et quand tu peux rien t'acheter c'est encore plus frustrant.

      C'est vrai que pour l'instant Bichette est encore jeune et ne comprend pas trop, car elle a pas encore l'âge de réclamer une activité extra scolaire ou de parler de vacances avec ses copains, mais si d'ici là notre situation s'est pas arrangé on sera obligé de lui expliquer. Le pire c'est que l'état s'en fou que t'es un gosse à charge, du moment que ton conjoint bosse et que t'es proprio, t'as 0 aide...

      Merci ! Oui j'espère que cette passade va s'arranger !


      Supprimer
  2. Bravo pour ta démarche de lever les tabous et oser parler d'argent! En effet il ne remplace pas l'Amour et peut même attirer de faux amis, mais il contribue à la bonne santé à l'estime et la confiance en soi et au sentiment de LIBERTE. Et comme tu le soulignes, permet de vivre avec un moindre stress.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Y'a pas de soucis, là dessus j'ai aucun tabou :) Oui et la confiance en soi, ca se voit à l'extérieur, et quand tu cherches du boulot, les employeurs le ressentent. Après l'aspect général c'est un des premiers trucs qui voient.

      Supprimer
  3. Coucou ma belle! Je pense que l'argent est indispensable pour moi, qui suis une consommatrice invétérée et qui aime dépenser. Cependant, il est important d'apprendre à ne pas envier les autres, ceux qui ont plus d'argent que nous, car il y aura toujours plus riche que soi. Le bonheur consiste à se contenter de ce qu'on a!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Contrairement à toi, je ne suis pas une consommatrice invétérée, mais j'aimerai pouvoir m'offrir quelques bricoles de temps en temps :)
      C'est vrai que c'est important de ce contenter de ce qu'on à, mais c'est pas aussi simple sur le terrain :)

      Supprimer
  4. Ton billet me fait réfléchir... J'ai tendance à penser que ce qui me rend vraiment heureuse, n'a rien à voir avec l'argent. Et en même temps, le manque d'argent est un poids qui est souvent tellement lourd qu'il nous suit même dans ces moments de bonheur gratuit... Pas simple à démêler...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sur que l'argent est la base de tout, et ça peut être la source de nombreux conflits, donc comme tu l'as dit ça fini par impacter sur ces moments de bonheur. Malheureusement on peut pas faire grand chose sans argent

      Supprimer
  5. L'argent ne fait pas le bonheur mais il y contribue clairement...
    Ce n'est pas parce qu'on a de l'argent qu'on est heureux et ce n'est pas parce qu'on est heureux qu'on a de l'argent derrière.
    Mais clairement la misère complique la tâche pour se sentir heureux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca complique dans la mesure ou beaucoup de projets nécessite un investissement financier, et ce sont des projets qui nous rendrait heureux, comme par exemple, ce que j'ai cité dans mon article : le mariage, et le 2éme enfant. Et pour d'autres ça peut être encore autre chose

      Supprimer
  6. Je pense que l'argent contribue à une certaine sérénité au quotidien.
    Comme toi, j'ai connu des lenteurs administratives qui ont pu me mettre vraiment dans le pétrin pour payer mes factures et c'est vraiment très lourd à gérer... Je te souhaite que les choses s'améliorent rapidement pour que vous puissiez réaliser vos projets ! Courage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci :) J'espère aussi que ça finira par s'arranger ! Pour l'avoir plus ou moins vécue à un moment dans ma vie, le fait de pouvoir boucler les fins de moi et mettre de l'argent de côté ça apaise mine de rien

      Supprimer
  7. Que je te comprends ! Les fins de mois sont difficiles pour nous aussi et oui l'argent participe au bonheur puisque moins stressés = plus heureux selon moi. Le tout c'est de trouver un équilibre, on a pas toujours besoin de grand chose pour faire plaisir ou pour sortir. Des bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je pense qu'il en faut assez pour vivre confortablement mais pas trop non plus pour garder les pieds sur terre ! Non parce que quand je vois les caprices de stars.... euh....

      Supprimer

Enregistrer un commentaire