Ma vision de la bienveillance

Résultat de recherche d'images pour "education enfant"


Pas de panique, vous êtes bien sur le bon blog (en tout cas j'espère) et non, je ne suis pas passer du côté obscur de la force, pourtant aujourd'hui j'aimerai vous parler bienveillance. Alors pas celle que l'on voit partout, car je crois que vous avez compris à quelle point elle me tape sur le système. Déjà ça commence par le nom : "Education bienveillante" ce qui sous entend que si on applique par leur jolis principes à la lettre on est forcément malveillant avec nos enfants. Je ne suis pas d'accord, et c'est pour ça que je vais essayer de vous expliquer comment je vois les choses.

Je ne suis pas une mère poule, et je suis loin de tout connaître en matière d'éducation mais il y a des grands principes auxquels je tiens.

Je crois en elle car c'est quelque chose qui m'a cruellement manqué quand j'étais plus jeune, et qui me manque encore maintenant, c'est qu'on croit en moi. C'est pour ça, que je met un point d'honneur à changer la donne avec ma fille et que je part toujours du principe qu'elle va y arriver quoi qu'elle fasse et peut importe le temps que ça prendra, et en grandissant je veux qu'elle le sache. Après si elle veut devenir chanteuse et qu'elle chante comme une casserole ça va être compliqué, mais si elle veut faire une carrière de médecin, par exemple, je ferai tout pour l'encourager et on verra sur le moment ce que ça donne.  J'ai tendance à penser que la confiance en soi est importante et que ça fait une différence.

Je lui dit très souvent "Je t'aime" aussi, le soir au moment du dodo et même parfois dans la journée comme ça, juste pour le plaisir parce que je le pense et je veux qu'elle le sache. Du coup maintenant elle me le répète "Je t'aime aussi" mais je pense pas qu'elle sache réellement encore ce que ça veut dire.  A la moindre occasion je lui rappelle qu'elle est belle, et à chaque petit exploit je l'encourage même si c'est 3 fois rien comme mettre son assiette à table. J'essaie de passer le plus de temps possible avec elle, et de limiter son temps devant les écrans. Quand elle fait une bêtise, je lui explique ce qu'elle a fait de mal, et parfois je la puni dans sa chambre ou je lui fait réparer sa bêtise.

Après il y a des choses que j'aimerai mettre en place au fur et à mesure qu'elle grandira, comme rester ouverte. J'ai pas envie qu'elle est peur de me dire quoi que ce soit, car si elle à un problème ou des questions je veux qu'elle puisse compter sur moi.


Oui mais parce que je suis humaine....



J'ai toujours clamé haut et fort que je n'étais pas une mère parfaite, et comme on est pas dans une série TV genre "La petite maison dans la prairie" où tout et beau et rose, il y a des jours ou j'envoie valser tout ces beaux principes. Il arrive des moments où je suis excédée, fatiguée car la journée à été longue et c'est bien entendu pile poil le moment où Bichette à décider de se transformer en petit démon alors je perd patience et je cris. D'autres fois après 156 "MAMMMMAAAANNNNN" et 156 "OUUUUUUIIIIIII Ma chérie ?" de ma part, il m'arrive de péter les plombs "Mais quoi putain, ca fait 20 fois que te dit oui !"

Il m'est déjà arriver d'être tellement lessivée que je l'ai caler devant la télé toute la journée, ou d'autres jours comme hier soir ou je tenais plus debout et j'avais pas envie de danser avec elle. Il y a aussi toutes les fois, ou j'ai pas envie de batailler avec elle, et je ramasse à sa place parce que c'est plus rapide. Les fois où je l'ai expédiée se calmer dans sa chambre car j'étais à bout de nerfs et qu'il valait mieux ça qu'un geste que je regretterai toute ma vie. Où encore ces moments où je l'ai refourguer à son père à peine celui avait passer le pas de la porte sous peine de craquage imminent. Le nombre de fois où j'ai souffler où râler car elle était tout le temps coller à moi et je pouvais même pas aller aux toilettes sans qu'elle m'appelle en hurlant.

Malgré tout ça, je ne pense pas être malveillante, ni causé des séquelles psychologiques à ma fille et j'ose même dire que je suis convaincue qu'elle est heureuse. Alors c'est sur elle va grandir avec l'imagine d'une mère pas parfaite, et à la limite je préfère autant. Sans exagération bien sûr, car même si la maternité c'est merveilleux, ca peut aussi être usant et il vaut mieux que le moment venu elle sache dans quoi elle s'embarque. J'ai vu des personnes grandir avec une mère qui ne vivait que pour eux, et qui menait tout de front sans faillir (ou pas devant eux) et quand ils sont devenus parents à leur tour, la désillusion est arrivée et c'est pas toujours beau à voir. 


Quel est votre vision de la bienveillance ?

Commentaires

  1. Je suis d'accord avec ton point de vue. Cette "bienveillance" ou autre "éducation positive" m'énerve, non pas sur le fond, avec lequel je suis évidemment d'accord (qui n'a pas envie du meilleur épanouissement pour son enfant?à, mais sur la forme, mais à cause du matraquage médiatique (et marketing) dans ce sens.
    Il y a bien des manières d'accompagner le développement de son enfant dans la confiance et dans l'éveil, et toutes sont différentes, mais ont leur intérêt.
    Ce que je n'aime pas dans cette bienveillance, c'est cette façon de la présenter comme LA solution idéale, unique, meilleure que les autres (même si les "pro" s'en défendent à titre individuel, le résultat en masse est pourtant celui-là). Et qui finit par être culpabilisant parfois, pour ceux qui ont choisi d'autres méthodes éducatives valables (ou même, pas de méthodes du tout à vrai dire).
    Eduquer un enfant ne passe pas que par des livres et des théories, et je trouve dommage que ce courant de pensée présente comme des nouveautés des choses qui souvent procèdent juste du bon sens et d'une logique somme toute assez naturelle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'ailleurs, beaucoup de mère commence à la dénoncer doucement car justement elles culpabilisent de ne pas y arriver en permanence. En plus c'est compliqué à appliquer sur le terrain surtout que chaque enfant est différent, ce qui marchera avec l'un ne marchera pas forcément avec l'autre...

      Supprimer
  2. J'ai exactement le même point de vue que toi... Je pense que, malgré la culpabilité que l'on peut ressentir à craquer, il est essentiel qu'ils voient nos failles, que ce n'est pas grave de ne pas être parfait. Dans une société qui fonctionne autant sur le paraitre, sur l'image de perfection, ces erreurs sont importantes pour eux. pour peu qu'elles soient verbalisées et remises à plat ensuite...

    Belle journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tout à fait ça ! Je pense également que c'est pas leur rendre service que de leur montrer que tout est parfait, car un jour forcément ils craqueront et ils se sentirons coupables car nous on le faisait pas.

      Bonne journée à toi aussi :)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire